134 choses très suspectes sur le bio que vous ignorez encore

L’écho médiatique qu’à suscité la parution du hors-série de 60 millions de consommateurs, « Le meilleur du bio », m’a d’abord laissé coi, puis convaincu d’aller en lire de le contenu moi-même afin de résoudre quelques énigmes que suscitaient les titres de la presse.

Les articles sont chocs : « 60 Millions de consommateurs : attention aux « montagnes de promesses » du bio » nous dit GoodPlanet.info. Un dossier de « 60 millions de consommateurs » dénonce les dérives du bio » annonce Réussir. « L’alimentation bio ne tient pas ses promesses » rajoute Seven Equities.

Quel pamphlet a donc bien pu pondre l’équipe de 60 millions ? Les médias en ont ont-il correctement rendu le contenu ?

L’entame du journal est revendicative. L’éditorial, plutôt amer vis-à-vis du bio, se fend d’un « [Le Bio] est loin d’être sans failles » et cite avec raison deux des meilleurs points faibles de l’AB actuelle, l’acceptation de l’huile de palme et des nitrites de sodium.

Le sommaire conserve cette ambiance morose. Sur 30 articles, 20 ont une tonalité négative (et des jeux de mots pas toujours du meilleur effet) : « Huile d’olive, des résidus indus« , « Poisson, une filière en eaux troubles« , « Fruits et légumes, pas tous dans le même panier« .

Cependant, à la lecture en détail des articles du magazine, on perçoit un contenu bien plus nuancé qu’annoncé. Ce qui s’était amorcé de façon progressive, depuis les articles chocs de la presse jusqu’au sommaire, se confirme ici. Le camp du contre s’efface à la progression de la plupart des articles devant les faits avérés.

L’article le plus symbolique de cette métamorphose et de la polémique médiatique qui l’a précédé porte sur les œufs « Le plein air ne leur réussit pas toujours« . L’article commence par ce qui fait mal, et insiste lourdement : « le plus étonnant est que les taux les plus bas de[s] … polluants [mesurés] ont été relevés dans des cages ». Mais le 3/4 de page est constitué d’un tableau notant les relevés comme « très satisfaisant[s] » dans 22 cas sur 24, ou 92%, les 2 autres cas étant satisfaisant ou acceptable. Plus loin dans le texte, un paragraphe rappelant que l’encadrement de l’usage des antibiotiques est plus strict dans le bio. Et enfin une page de plus pour nous rappeler que les contraintes d’élevage dans le bio pour la volaille sont aussi plus resserrées (densité de l’élevage, alimentation des animaux, taille du poulailler, accès aux espaces de plein-air). Tout ça pour ça donc. Et il ne me semble pas que les auteurs aient cherché à faire bonne mesure en équilibrant le texte, car ce phénomène se reproduit dans d’autres articles.

Que s’est-il passé alors ? Malheureusement, il me semble que chacun a fait valoir son statut de lanceur d’alerte pour mettre en avant son rôle dans la ligne de défense globale des consommateurs, depuis les rapporteurs médiatiques au rédacteur en chef, jusqu’au rédacteur des titres de chaque article. Non seulement pour créer de la polémique et des ventes, mais aussi par pêché d’orgueil.

Peut-être aussi qu’un soupçon de fainéantise a recouvert les esprits de nos journalistes, qui n’ont probablement pas lu le magazine avant de chercher à en rapporter l’esprit. Tant pis pour eux, continuons de tenir la garde pour démêler le vrai du faux.

En terminant sur le vrai du faux, l’auteur de l’éditorial nous dit également : « en optant pour le bio, le consommateur devrait avoir la garantie d’acheter responsable d’un point de vue aussi bien nutritionnel qu’écologique et éthique« . Vous reprendrez bien un peu de mon post « Ne pas tout attendre du bio » pour changer d’accroche, la prochaine fois que vous parlerez de bio ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s