Faut-il parler de son entreprise à un(e) ami(e) ?

Il est très fréquent, lorsque je vois un(e) ami(e), qu’il (ou elle) m’interroge sur mon entreprise d’organisation d’événements traiteur. Quoi de plus normal ? L’aventure entrepreneuriale et la gestion de mon entité, sont des activités à ce point chronophages et entêtantes qu’elles constituent une partie de mon moi. Il est donc tout à fait logique qu’un(e) ami(e) s’y intéresse de plein gré.

Comment se traduit cet intérêt ? La question est souvent d’ordre général : « Comment vont les affaires chez MyTraiteur ? ». Cette question est à ce point large qu’elle m’en laisse très souvent perplexe. Je réponds, rarement, sur un mode binaire « bien/mal ». Parfois j’emploie l’adverbe le plus approchant donnant l’équivalent d’un repère de 1 à 10 (« difficilement », « correctement », « agréablement », « merveilleusement »). Plus souvent j’équilibre ma réponse en soulignant la meilleur réussite récente de l’entreprise, pondéré par une des difficultés auxquelles elle a à faire face. Généralement le positif sur-pondère le négatif. Exemple typique « le CA augmente (+) quoi que la collection des créances reste un enjeu significatif (-) ».

C’est à ce moment de la discussion que j’observe parfois une sorte de mal-être dans le rythme de la conversation. Ce qui paraissait naturel et spontané (s’enquérir de la situation de l’entreprise) aboutit à une impasse. On dérive généralement, mon ami(e) et moi, à un autre sujet de discussion. Pourquoi cette direction ?

J’ai commencé une liste de toutes les raisons potentielles qui nous mènent à une telle situation. Je l’étofferai quand les occasions se présenteront.

  • Parler de son entreprise est potentiellement ennuyeux, surtout vu de la fenêtre financière. Ils ne sont pas nombreux les amis venus parler de besoin en fond de roulement au bar du coin ;
  • Etudier une entreprise prend du temps. son marché, ses clients, sa stratégie etc. Or, le temps est un luxe dans la vie privée. Consacrer une heure ou plus à ce sujet est matériellement ardu ;
  • Certains amis sont juges et parties. Parce qu’ils ont investi du temps avec vous, ou parce qu’ils croient dur comme fer à votre projet, pour l’estime qu’ils portent en vous. Ils ont donc un avis biaisé.
  • Quand on aborde le sujet de MyTraiteur, mon ami(e) n’est pas préparé(e) au « sujet ». Alors que moi, comme il est 19 heures passées, je cogite dessus depuis le réveil. J’ai bien pensé à prévenir mon ami(e) de se préparer au thème mais j’ai renoncé, naturellement !

Pour toutes ces raisons, j’en viens à conclure que nos amis ne sont pas nos conseillers financiers, ni nos coachs d’entreprise. Qu’en vérité ces choses-là sont pratiqués par des gens dont c’est le métier exclusif. Il y a également d’autres sources d’inspirations métier à trouver chez les autres acteurs de la chaîne du traiteur (fournisseurs, clients, concurrents). Finalement, continuerai-je de parler de MyTraiteur à mon cercle d’amis ? Que faîtes-vous quand il s’agit d’évoquer votre entreprise à votre sphère privée ? Inversement à qui vous adressez-vous à l’extérieur pour échanger sur votre métier ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s